Histoires des ambassadeurs et athlèthes

Les héros veulent aussi aider

Tous sont actifs: participants aux Jeux paralympiques, sportifs amateurs ou encore entraîneurs. Tous représentent PluSport dans le monde entier. Ci-dessous, ils mettent des mots sur la motivation qui les pousse à s’engager corps et âme pour le sport-handicap.

Jan Bollhalder

«Grâce à PluSport, j’ai pu participer à des camps sportifs lors desquels j’ai appris à skier. Ce sport a pris de plus en plus d’importance dans ma vie ces dernière années. J’aimerais beaucoup suivre la formation de moniteur Ski alpin. En outre, j’officie aujourd’hui comme ambassadeur de PluSport pour transmettre mon expérience avec mon handicap au quotidien aux autres personnes. PluSport a joué un rôle important pour moi par le passé et continue de le faire aujourd’hui.»


Chantal Cavin

«Mes premiers contacts avec PluSport remonte déjà à 20 ans. C’était lors de ma première participation aux Championnats de Suisse de natation. J’ai la chance d’avoir une longue carrière. Après la natation et le triathlon, je me consacre aujourd’hui au marathon. Que ce soit en tant que sportive, stagiaire au bureau, ambassadrice ou encore responsable de projet pour la relève: mon lien avec PluSport est étroit et varié. La relève me tient beaucoup à cœur et j’espère pouvoir transmettre mon expérience.»


Lukas Hendry

«Après avoir perdu la vue en 2002, j’ai retrouvé le chemin de l’athlétisme et j’ai directement pris mon envol. En 2003, j'ai donné un signal clair lors des Européens à Assen, que ce soit en sprint ou, surtout, en saut en longueur. J’ai sauté presque partout dans le monde, parfois avec des médailles à la clé. Le record de Suisse figure également à mon CV, avec 6,01 mètres. Après d’autres participations à de grands événements (Européens/Mondiaux/ Paralympiques), mes guides ont fini par quitter la scène. Je me suis donc consacré au bonheur familial. J’ai aujourd’hui quatre enfants et j’officie encore comme ambassadeur ou conférencier. Le feu pour le sport ne s’éteint jamais, on le sait. Je m’entraîne une fois par semaine avec mon entraîneur personnel et, ensemble, nous avons pour objectif de disputer le Strong Man Run le 6.6.2020 à Engelberg.»

 


Theres Huser

«J’étais vraiment ‹mordue› du biathlon à l’époque. Les skis de fond m’ont vraiment permis d’avancer à plein régime malgré mon handicap à la jambe, et d’exprimer mon envie de bouger. 21 ans ont déjà passé depuis que j’ai gagné la médaille d’or aux Jeux paralympiques de Nagano. Le sport ne m’a jamais quittée. Aujourd’hui encore, je pratique le ski de fond en hiver et le handbike en été. En tant qu’ambassadrice, je veux montrer que l’on peut dépasser ses limites. Que ce soit avec ou sans handicap»

 


Urs Kolly

En 1989, j’ai eu mon accident militaire et j’ai perdu le bas de ma jambe. Trois ans plus tard, j’ai remporté ma première médaille d’or aux Jeux paralympiques de Barcelone. Ce fut une incroyable source de motivation. Au total, j’ai remporté sept médailles d’or et une de bronze lors de cinq éditions des Jeux paralympiques. Avant l’accident, j’ai appris l’athlétisme en partant de zéro. Même après l’accident, j’ai toujours essayé, avec mon équipe, de compléter les séquences de mouvements comme si elles n’étaient pas limitées, malgré l’amputation. J’ai reçu beaucoup de respect pour cela de la part d’entraîneurs et d’athlètes du monde entier.


Durant mes 22 ans de carrière, j’ai eu beaucoup de plaisir et une joie énorme à pratiquer mon sport.


Depuis 2007, je possède ma propre fromagerie. Cela a toujours été mon rêve. PluSport propose un large éventail de sports. C’est un plaisir de voir que PluSport soutient non seulement le sport d’élite, mais aussi bien d’autres projets. Les services offerts sont très utiles à tous.


Armin Köhli

«PluSport, c’est un destin - et aussi le mien. J'ai découvert PluSport par hasard, il y près de 25 ans. Je cherchais des courses de vélo où les personnes en situation de handicap auraient les mêmes chances que les autres. La recherche m’a mené jusqu’aux Jeux paralympiques, mais aussi à des courses ordinaires et déjantées ouvertes à tout le monde. PluSport m’a aidé à tenter ma chance partout. Aujourd’hui, en tant qu’ambassadeur PluSport, je peux montrer ce que signifie vivre avec un handicap, quelles sont les conditions nécessaires à l’égalité des chances et comment trouver d’autres perspectives d’avenir.»

 


Elena Kratter

«J’ai attrapé le virus du ski à 11 ans grâce à PluSport. A 14 ans, je suis devenue membre du Swiss Paralympic Ski Team. Ce fut le début de huit années enrichissantes, magnifiques et intenses autour du ski de compétition. J’ai mis un terme à ma carrière active sur la neige l’année passée après les Championnats du monde, en raison notamment d’une blessure. J’ai rapidement trouvé un nouveau défi. Après une première saison fructueuse en athlétisme, je vais continuer à me battre pour chaque centième et place de départ sur la piste. Je me réjouis de voir ce qui m’attend. Car pour moi le sport est la meilleure école de vie.»


Hubert Pauchard

«J’étais déjà entraîneur national en 1996 et j’ai eu la chance de vivre les Jeux paralympiques à Atlanta, Sydney, Athènes et Pékin sur place en tant qu’entraîneur. C’est ensuite ma fille Ariane qui m’a remplacé à Londres. J’ai beaucoup apprécié ces grands événements, notamment avec Urs Kolly. Les nombreuses médailles ramenées ont été la source de beaucoup d’émotion. Je suis moi aussi lié à PluSport depuis fort longtemps et redevable à la Fédération.»


Thomas Pfyl

«Je pratique le ski handisport au niveau de la Coupe du monde depuis plus de 17 ans. Je participe aux Championnats du monde et aux Jeux paralympiques. Ces dernières années, PluSport a toujours représenté un pilier très important pour moi. Sans PluSport, je ne serais clairement pas là où je suis. Je suis également certain que je ne serais pas capable de me maintenir à ce niveau sans son aide. PluSport me soutien à différents niveaux. C’est par exemple le cas pour l’organisation de tous nos voyages, avec les hôtels, les vols et tout le reste à gérer. Cette aide est très précieuse car elle me permet de me concentrer pleinement sur l’aspect sportif.»


Bigna Schmidt

«Je n’aurais jamais osé rêver à une carrière sportive il y a dix ans. J’aimais beaucoup pratiquer le ski à côté du gymnase. Puis j’ai eu un premier contact avec PluSport et le sport-handicap en 2011, avant de commencer à disputer des compétitions de natation et de ski. Aujourd’hui, je suis athlète du Swiss Paralympic Ski Team et j’étudie à l’Université de Saint-Gall. PluSport m’aide depuis de nombreuses années à maîtriser cette double vie entre la formation et le sport, sans oublier les autres défis de ma vie.»


Christoph Sommer

«Voilà 20 ans que je suis lié à PluSport. J’ai notamment eu la chance de participer à cinq éditions des Jeux paralympiques. Pour moi, le sport est simplement la meilleure école de vie. Je remercie PluSport pour sa confiance et son soutien de tous les instants, dont j’ai bénéficié pendant toutes ces années. Aujourd’hui, je suis fier d’en être un ambassadeur. Réjouissons-nous des 60 prochaines années!»


Reto Thurnherr

«L’équipe nationale de natation se retrouvait souvent à Filzbach par le passé, pour s’entraîner avec l’Association suisse de natation des handicapés (SSCHVB). C’était super. Cela nous motivation à nous améliorer. On pouvait beaucoup apprendre, car tout le monde était présent: les jeunes de la relève autant que les nageurs expérimentés. Un événement, la Sprint-Cup, avait à chaque fois lieu à l’occasion des Championnats de Suisse au printemps: Nous pouvions alors montrer aux nageurs valides qu’il est également possible de réaliser des performances de choix en sport-handicap. Cela nous a également permis d’être plus facilement intégrés dans les clubs de natation normaux. A l’époque, il fallait vraiment se battre pour y parvenir. Je crois que c’est plus facile aujourd’hui.»


Céline van Till

«Jusqu’à mes 17 ans, tout allait bien. Je n’avais pas de problèmes à l’école, quelques garçons étaient amoureux de moi, puis l’accident a tout changé. Désormais, je recherche chaque jour de nouveaux défis. Je veux réaliser de grandes choses, donner du courage aux autres. Après 2016 (hippisme aux Jeux paralympiques), je devrais pouvoir courir le marathon de Tokyo l’été prochain. Je suis fière et reconnaissante de pouvoir représenter PluSport et je m’engage volontiers en faveur du sport-handicap!»«Jusqu’à mes 17 ans, tout allait bien. Je n’avais pas de problèmes à l’école, quelques garçons étaient amoureux de moi, puis l’accident a tout changé. Désormais, je recherche chaque jour de nouveaux défis. Je veux réaliser de grandes choses, donner du courage aux autres. Après 2016 (hippisme aux Jeux paralympiques), je devrais pouvoir courir le marathon de Tokyo l’été prochain. Je suis fière et reconnaissante de pouvoir représenter PluSport et je m’engage volontiers en faveur du sport-handicap!»


Sara Tretola

«J’ai roulé de manière très active sur la route et la piste de 2003 à 2012 et j’ai remporté plusieurs médailles et titres (médaille de bronze aux Jeux paralympiques 2004, médaille d’or aux Européens 2005) Ce fut une belle période. Aujourd’hui, je suis mère de trois enfants et très occupée avec Ben (5 ans), Aylin (3 ans) et Elvis (14 mois). Je travaille à 50% comme ingénieur, je fais du jogging et de la natation pendant mon temps libre et j’aide mes enfants à s’entraîner au hockey trois fois par semaine. La glace a donc remplacé le vélodrome dans ma vie. Mais j’aime aussi ça.»


Simon Vögeli

«J’ai commencé l’athlétisme en 2007, plus précisément avec le sprint sur 100 et 200 mètres. J’étais présent aux Jeux paralympiques en 2008 sans pouvoir y participer, car ma classification a été rejetée. Mais cette fête sportive ne m’a pas moins motivé à continuer à m’entraîner et à disputer des compétitions. Après douze ans d’athlétisme marqués par de nombreux beaux souvenirs, je me suis ensuite décidé à quitter la piste de tartan et poursuivre ma carrière sportive en montagne. Je me consacre désormais au trail. J’y trouve un plaisir fou.


Que signifie PluSport pour moi? Le sport réunit les gens partout dans le monde. PluSport est le point de contact du sport-handicap suisse. Grâce à PluSport, le sport-handicap est également présent dans le public, ce qui lui permet d’être mieux soutenu. PluSport m’apporte un soutien important depuis de nombreuses années, aussi bien dans le domaine sportif que privé. Merci beaucoup, PluSport J»