Paralympics Tokio

United by Emotion

Le coup d’envoi des Jeux Paralympiques sera donné le 24 août 2021. Au total, une vingtaine d’athlètes, dont 13 femmes et 7 hommes, tenteront de décrocher une médaille dans la capitale nipponne pour la Suisse. Parmi eux, six athlètes de PluSport.

Nos athlètes à Tokyo

Equestrian

Nicole Geiger avec Amigo

Domicile 4314 Zeinigen (AG)
Date de naissance 16.02.1963
Catégorie de compétition V
Disciplines Individual Test, Individual Freestyle
Handicap Tétraplégie incomplète
Site Internet www.nicolegeiger.ch

Horaires des compétitions Paralympics

 

Natation

Leo McCrea

Domicile Poole - GB
Date de naissance 09.11.2003
Catégorie de compétition S6, SB5, SM6
Disciplines 50m crawl, 100m crawl, 400m crawl, 50m papillon, 100m brasse, 100m dos, 200m 4 nages
Handicap Achondroplasie (type de nanisme)

Horaires des compétitions Paralympics

 

Nora Meister

Domicile Lenzburg AG
Date de Naissance 06.01.2003
Catégorie de compétition S6, SB6, SM6
Disciplines 100 m Libre, 400 m Libre, 100 m Dos
Handicap Arthrogryposis multiplex congenita (AMC)

Horaires des compétitions Paralympics

 

Athlétisme

Sofia Gonzalez

Domiciel Jongny VD
Date de naissance 27.03.2001
Catégorie de compétition T63
Disciplines 100 m, saut en longueur
Handicap Amputation au-dessus du genou droite
Site Internet www.sofia-g.ch

Horaires des compétitions Paralympics

 

 

Philipp Handler

Domicile 8005 Zürich
Date de naissance 18.10.1991
Catégorie de compétition T13
Disciplines 100 m
Handicap Achromatopsie
Site Internet www.philipphandler.ch

Horaires des compétitions Paralympics

 

Elena Kratter

Domicile 8857 Vorderthal SZ
Date de naissance 05.07.1996
Catégorie de compétition T63
Disciplines 100 m, saut en longueur
Handicap Jambe inférieure droite amputée

Horaires des compétitions Paralympics

 

L'équipe suisse à Tokyo comptait dans ses rangs les athlètes les plus remarquables de ces Jeux, à savoir Marcel Hug, quatre fois champion paralympique, et Manuela Schär, cinq fois médaillée. On y retrouvait le maître de longue date Heinz Frei, qui a une fois de plus montré aux plus jeunes de quoi il était capable en décrochant l'argent dans la course sur route et en remportant sa 35e médaille lors de ses 16e Jeux Paralympiques.  Mais elle alignait aussi des athlètes de la nouvelle génération comme Catherine Debrunner (26 ans, or au 400 m, bronze au 800 m), Elena Kratter (25 ans, bronze au saut en longueur) et Nora Meister (bronze au 400 m nage libre), âgée de seulement 18 ans, qui ont fait déjà parler d'elles suite à leurs médailles. Sans oublier des espoirs comme le coureur de handbike Fabian Recher ou la joueuse de tennis Nalani Buob.

Roger Getzmann, Chef de Mission, est lui aussi satisfait. « Je suis très heureux du résultat global, car nous avons également vu de très bonnes performances en dehors des médaillés », déclare-t-il en pensant aux joueuses de badminton Cynthia Mathez et Karin Suter-Erath, par exemple, qui ont montré en simple et en double l'incroyable évolution qu'elles ont connue. Avant les Jeux, Roger Getzmann avait pronostiqué six médailles, expliquant que : « Lorsque nous avons regardé le programme, nous sommes arrivés à 14 chances réalistes de médaille, seulement, en général, toutes ne sont pas réalisées. » Cela s'est passé à Tokyo, mais Roger Getzmann se souvient également de Rio 2016, où les choses se sont déroulées dans l'autre sens : à l'époque, l'équipe est arrivée avec exactement le même nombre de chances réalistes et au final, elle a remporté 5 médailles.

Cette fois, c'est Manuela Schär qui a obtenu ce nombre. Rayonnante de bonheur actuellement, elle pense également toujours à Rio. Là aussi, elle a concouru cinq fois et il n'y a pas eu de médaille, mais deux 4e places. A Tokyo, Manuela Schär parle de son long parcours pour devenir l'athlète qu'elle est aujourd'hui - mais il lui a fallu passer par Rio. « Ce sont les échecs qui nous apprennent le plus », dit-elle. Maintenant, l'essentiel pour les athlètes est de rentrer chez eux, auprès de leurs proches, pour partager toutes leurs émotions. On sent le poids des difficultés chez Marcel Hug aussi, qui a du mal à trouver ses mots à plusieurs reprises au cours des différentes interviews. Lorsqu'il s'aperçoit pendant le marathon, au bout de 7 kilomètres, que le caoutchouc du pneu de sa roue gauche se détache, il est presque à la limite mentalement, il ne sait pas du tout quelles forces il peut encore utiliser. Tout s’est bien passé, mais il est maintenant temps pour lui de rentrer à la maison, de se déconnecter, de se régénérer. 

Les faits marquants de Tokyo : 12 des 14 médailles ont été remportées en athlétisme, dont 9 par deux athlètes qui ont déjà plus de 30 ans. Marcel Hug a 35 ans, Manuela Schär 36. A Tokyo, elle a déjà songé à la fin de sa carrière. Et elle a aussi parlé de la moisson de médailles : « Nous ne devons pas nous laisser aveugler. Il faut poursuivre le travail et ne pas compter autant sur les athlètes individuels. » Le sport handicap au niveau de l’élite doit être plus largement soutenu et surtout, beaucoup de jeunes athlètes féminines doivent s'imposer. « J'espère que nous avons pu donner le signe que nous sommes sur la bonne voie. » Roger Getzmann voit les choses de manière très similaire. « Les plus grosses erreurs sont souvent commises dans la réussite », dit-il. Il ajoute qu'il faut se rendre compte que tout ne s'est pas non plus déroulé de manière optimale et qu'il convient d'analyser ce point en particulier.

Roger Getzmann est également d'accord avec Manuela Schär au sujet de la relève. Là aussi, les efforts ne doivent pas se relâcher. « Des choses ont déjà été réalisées ces dernières années », affirme-t-il, soulignant qu'il y a heureusement relativement peu de personnes handicapées en Suisse. « Bien sûr, cela signifie aussi que nous devons concevoir et optimiser l'accompagnement de ceux qui viennent chez nous dans le sport d’élite. »

Trois des figures de proue de longue date ont annoncé leur retrait de la grande scène à Tokyo. Heinz Frei (63 ans) après sa grande performance, plein d'émotion et les larmes aux yeux. La coureuse de handbike Sandra Graf (51 ans) avec une expression déçue après des courses qui n'ont pas répondu à ses attentes. Le sportif en fauteuil roulant Beat Bösch (49 ans), avec des sentiments mitigés car il est arrivé cinquième au 100 m ; il avait préparé un peu spécialement son équipement, mais la pluie s'est arrêtée juste à ce moment-là. Tous trois nous manqueront car ils sont d'importants ambassadeurs du para-sport suisse avec leur personnalité, leurs innombrables succès et leur volonté irrépressible.

Dans l'équipe cycliste, Sandra Stöckli et Tobias Fankhauser ont montré ce dont ils sont capables : Tobias Fankhauser est arrivé 4e dans la course sur route, seuls trois athlètes exceptionnels l’ont devancé, et Sandra Stöckli a remporté un diplôme dans le contre-la-montre, se classant 8e. « Du pur bonheur ! », dit-elle à sa manière inimitable.

En athlétisme, l'enthousiasme de Sofia Gonzalez était presque contagieux ; elle a atteint la finale du 100 m avec un nouveau record personnel. Le sprinter Philipp Handler a atteint l'objectif qu'il s'était fixé, la finale du 100 m, est arrivé 7e mais n'était toujours pas complètement satisfait à cause du temps. Après un début mitigé, les Jeux de Tokyo se sont bien terminés pour Patricia Eachus avec un record personnel au marathon.

La tireuse Nicole Häusler a eu le malheur d'être irritée par la lumière changeante du soleil dans la discipline qui lui convient le mieux. Après un excellent début, la cavalière de dressage Nicole Geiger a commis une erreur avec Amigo qu'elle n'arrive pas à se pardonner. Outre Nora Meister, Leo McCrea, qui a encore un an de moins, a profité de l'occasion pour se mesurer aux meilleurs de l'équipe de natation afin de voir encore plus clairement son avenir sportif. Le pongiste Silvio Keller, sélectionné après coup de manière surprenante peu avant les Jeux, a tiré le meilleur parti de cette belle mais pas facile situation sur le plan sportif. 

Que reste-t-il des Jeux Paralympiques en période de pandémie au-delà des succès suisses ? Bien sûr, les spectateurs manquaient à l'appel, ce qui est doublement regrettable pour les athlètes paralympiques car ils bénéficient généralement de beaucoup d'encouragements et de soutien au Japon. Ce qui reste, c'est la gentillesse des Japonais, qui ont voulu se montrer de très bons hôtes, ce qu'ils ont réussi à faire à tous égards. Roger Getzmann fait l'éloge du pays, de la ville et surtout des gens, qui ont dû supporter une charge extrêmement lourde étant donné les circonstances, notamment en matière de finances et d'organisation. Il a également été convaincu par le concept de sécurité ; il y a eu très peu de personnes infectées dans le Village et les installations paralympiques. La délégation suisse a été totalement épargnée.

Les prochains Jeux Paralympiques d'été auront lieu à Paris dans trois ans déjà. Certains jeunes se sont vraiment pris au jeu. Il n'est toutefois pas certain, du moins pour l'instant, que Manuela Schär et Marcel Hug seront à nouveau présents à ce moment-là.

Médailles pour la Suisse

Or :
Marcel Hug (800 m)
Marcel Hug (1500 m)
Marcel Hug (5000 m)
Marcel Hug (marathon)
Manuela Schär (400 m)
Manuela Schär (800 m)
Catherine Debrunner (400 m)

Argent :
Manuela Schär (1500 m)
Manuela Schär (5000 m)
Manuela Schär (marathon)
Heinz Frei (handbike route)

Bronze :
Catherine Debrunner (800 m)
Elena Kratter (saut en longueur)
Nora Meister (400 m nage libre)

Photo: Keystone-ATS/Ennio Leanza
Texte: Christian Andiel