Retour

Joies nautiques sur le Léman

Pendant une semaine, le soleil et le vent étaient au rendez-vous dans la baie de Prangins. Voile, rigolades et amitié.

Camp de voile, 11 - 16 août 2019

Genolier, lundi 12 août, 7 heures du matin. Cela fait déjà un moment que Claude-Alain,  chef de camp,  s’active à la mise en place du petit-déjeuner.  7h30, tout le monde se réveille doucement et se prépare pour la journée. Des rires retentissent dans la salle à manger et les joyeuses conversations vont bon train. Quelle chance, la pluie, tombée en abondance depuis la veille, a cessé et les nuages laissent un soleil, encore un peut timide, apparaître. La journée s’annonce bien et les navigateurs se réjouissent de rejoindre le lac.

9h00 : départ pour le port de Prangins. Michaël, chef technique, est déjà parti pour préparer les voiliers et former les équipages.

La météo est avec nous : le ciel redevient bleu et le vent est de la partie. Les moniteurs montent les tentes pour s’abriter du soleil, aidés par certains participants. Tartinage de crème solaire et couvre-chefs s’imposent.

9h30 : séance de théorie sur les vents et les différentes allures, puis embarquement. Chacun trouve sa place sur un bateau, Néo, RS, Surprise ou Zodiac. Un ponton spécial est aménagé pour faciliter le transfert sur les petits voiliers. Dans certains cas, l’utilisation de la cigogne, sorte de treuil avec un harnais enveloppant tout le buste de la personne à embarquer,  est nécessaire. Il s’agit aussi d’amener le bateau avec précision, de façon à ce que le navigateur puisse être transféré de sa chaise sur le siège spécialement aménagé.

Petit à petit, les bateaux sortent du port, avec ou sans l’aide du Zodiac qui assure la sécurité. C’est le premier jour et il faut reprendre ses marques pour certains, pour d’autres c’est la grande découverte. Les vagues, les algues, l’odeur du lac, la sensation agréable de glisser au ras de l’eau. La bise est modérée et les bateaux prennent un peu de gîte. Pas de souci, tout le monde est en sécurité. Ces bateaux sont insubmersibles et ne peuvent pas chavirer. Ils se dirigent à l’aide d’une sorte de manche à balai entre les 2 sièges, un peu comme dans les avions.

Aujourd’hui, je navigue sur un Néo, avec Camille. Mais mon embarcation a de la peine être dirigée. Heureusement, Claude-Alain se rapproche avec le Zodiac et vient à notre secours. Charlotte, une des monitrices,  s’efforce tant bien que mal à dégager la quille d’un amas d’algues, coupable de la mauvaise marche du bateau. Il s’agit également de m’habituer à ce petit voilier, sur lequel je n’ai encore jamais navigué. Mais la navigation reprend sereinement. Camille rigole, mais n’est pas très rassurée lorsque le franc-bord du bateau se rapproche trop de l’eau. Je lui explique comment régler les voiles, en observant les « faveurs », petits rubans cousus sur les voiles. Le bateau réagit et prend vite de la vitesse. Quel joli spectacle que de voir les autres bateaux évoluer dans la baie de Prangins. On se croise, on se fait des signes amicaux, on échange quelques mots, le sourire aux lèvres. Devant nous, un vol de cormorans file au loin. Ils sont aussi rapides sous l’eau que dans les airs, ce sont des pêcheurs redoutables.

12h30 : les bateaux se rapprochent de l’entrée du port et s’apprêtent à y entrer. Il faut trouver son chemin entre les 2 digues protégeant le port et se faufiler entre les hautes algues.

13h00 : le repas de midi est servi sous les tentes, à l’abri du soleil. On se raconte les bons moments de la navigation.

14h00 : Départ à nouveau pour d’autres aventures lacustres !

Le retour se fera vers les 16 heures. Après avoir rangé le matériel, tout le monde repart en mini-bus, direction Genolier, content de cette première journée. Un peu fatigué tout de même par la navigation, le vent et le soleil. Au souper, les discussions et les rigolades reprennent, les estomacs sont contents de se remplir. On se raconte les exploits de la journée. 22h, c’est l’heure du dodo bien mérité, le cœur rempli de joie. On se réjouit déjà de la prochaine journée qui nous attend.

Et les jours, la semaine s’écoulent, c’est déjà vendredi. Malgré quelques situations délicates, tout a bien fonctionné dans l’ensemble, tant au niveau de la navigation, des repas, que de l’hébergement. Chacun semble heureux d’avoir partagé ces moments de navigation,  riches de sensations et de rigolades. Sans oublier la dernière soirée à danser comme des fous.

Quelques participants en témoignent :

  • Melkiades, t’es-tu découvert une passion durant ce camp ?
  •  J’ai adoré faire de la voile avec tout le monde, il y avait une bonne ambiance. On a eu de la chance avec la météo. Naviguer sur le Surprise ou le Néo m’a beaucoup plu.  Mais j’ai trouvé que c’était un peu plus compliqué sur le Néo, car il y a un peu plus de cordages.  On était bien logés, on a bien rigolé, on s’est amusé.
  • Antoine, depuis combien de temps fais-tu de la voile ?
  • Cela fait 5 ans à peu près. J’ai commencé  à Yvonand et cela fait 3 ans que je fais de la régate.
  • Et la dernière régate que tu as faite ?
  • C’était les Championnats de France en handy voile à Annecy
  • Sur quel bateau préfères-tu naviguer ?
  • Le Néo car cela fait longtemps que je le connais et j’aime la sensation d’être au ras de l’eau.
  • Sarah, sur quel bateau as-tu préféré     naviguer ?
  • Le bateau moteur avec Michaël. Avec Dalwin, ils m’ont beaucoup giclé, j’ai beaucoup rigolé. Je reviens l’année prochaine.
  • Claudine, quel est ton poste préféré sur un bateau ?
  • La barre, après la 3ème année dans ce camp de voile, je me sens à l’aise, mais je peux aussi m’occuper des cordages, même si c’est un peu plus difficile pour moi.
  • Qu’as-tu aimé dans ce camp ?
  • D’être avec Patrick, d’être avec les autres et puis j’espère revenir l’année prochaine.
  • Et toi Julian, sur quel bateau as-tu eu le plus de sensations ?
  • Le bateau que j’ai le plus aimé c’est le Néo, car on ressent très vite les sensations. J’ai aussi beaucoup aimé naviguer avec Anne, qui a été vraiment  une monitrice superbe et Patrick qui a été un moniteur exceptionnel. Mon camarade de chambre était fantastique, légèrement bruyant, genre turbine de moteur de camion gros calibre. A part cela, j’ai apprécié faire la connaissance d’Hugo, d’Isaline et  tout le reste de l’équipe.
  • Hugo, comment s’est passé la semaine pour toi ?
  • Une super semaine, le soleil, le lac ! J’espère revenir l’année prochaine et remercie tous les moniteurs, en particulier Claude-Alain Lorétan. A l’année prochaine !

Que de belles rencontres et de souvenirs plein la tête. Merci à tous pour vos sourires, votre joie, votre disponibilité et votre gentillesse.

Anne

Charlotte, monitrice:

Cette semaine de voile dans le cadre de PluSport était une très bonne expérience ! Intense et éprouvant, aussi bien pour les participants que pour les encadrants, mais la joie ne cessait de rayonner sur chacun des visages. Le plus plaisant est de voir des personnes avec tous types de handicap prendre du plaisir à naviguer. Je suis heureuse de pouvoir contribuer à la mise en place d’activités permettant à des personnes ayant des difficultés constantes de pratiquer elles aussi du sport. Les 12 participants avaient des handicaps totalement différents mais ils pouvaient tous à leur niveau et à leur manière diriger leur bateau. Leurs diverses aptitudes ont permis de former des binômes différents chaque jour. Ils ont appris comment évoluer en équipe, l’organisation, le partage, la communication, la technique pour naviguer. Certains étaient déjà aguerris dans ce sport, d’autres le découvraient. C’est génial de voir les personnes ayant de l’expérience transmettre avec joie leur savoir à ceux qui n’en n’ont pas du tout. Le sourire aux lèvres, l’intégralité des participants est repartie de ce camp avec le cœur rempli de vagues de bonheur. Je tiens à remercier toutes les personnes qui s’investissent pour promouvoir et développer le sport handicap car elles rendent possible ce qui semble impossible aux yeux de ce public spécifique.